© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Frank Grellert
© Frank Grellert

Jean la chance de Brecht

Ton und Kirschen Wandertheater (D)

Tags
Production et diffusion de spectacles vivants
Théâtre

« Jean la Chance raté, œuf à moitié pourri. » - c'est ce qu'a noté Bertolt Brecht dans son journal (1898 - 1956) à propos de son manuscrit qu'il rangea au fond d'un tiroir en 1919. Cette esquisse avait disparu depuis longtemps au fin fond des archives du Berliner Ensemble. L'ensemble de théâtre itinérant Ton und Kirschen a retrouvé sa trace et en a créé un spectacle léger et poétique qui entraîne le spectateur dans une folle histoire mélancolique.
Brecht a repris la structure du conte Jean la chance des frères Grimm qui, telle une ronde, entraîne Jean d’un troc à un autre. De tous ses échanges, il ne gardera que son oie. Jean ne cherche pas à gagner de l’argent au sein de ce monde, il veut juste être heureux. Les scènes successives du spectacle s’apparentent à un chant évoquant le processus aussi effroyable qu’émouvant du dénuement, qui pousse Jean à sacrifier la seule chose qui lui reste : la vie.

Participants

Mise en scène
Margarete Biereye
David Johnston
Avec
Margarete Biereye
Polina Borissova
Regis Gergouin
Richard Henschel
David Johnston
Rob Wyn Jones
Nelson Leon
Daisy Watkiss
Scénographie et lumières
Daisy Watkiss
Construction
Regis Gergouin
Nelson Leon
Daisy Watkiss
Marionnettes
Nelson Leon
Daisy Watkiss
Compositions
David Johnston
Diffusion
Catherine Launay
Production
Ton und Kirschen Wandertheater, Glindow 2013 (D)
Avec le soutien du
Ministère de la Science, de la Recherche et de la Culture du Land de Brandenbourg (D)

Représentations

2018
Jardin de la Cure, Melay (F)
La grange du haut peu, Journet (F)
Festival Viva Cité, La Réole (F)
Festival Courvillenscene, Courville-sur-Eure (F)
Maison Max Ernst, Huismes (F)
Un samedi soir à la ferme, Les Ruchers du Grand Champ, Orches (F)
2016
Bio-Baumblüte, Werder/Havel (D)
Allerhand e.V., Qualitz (D)
Klosterplatz, Bielefeld (D)
KulturAmbulanz, Bremen (D)
2015
Sommerblut, Köln (D)
Jahnufer, Glindow (D)
La Fontaine du Mont, Mûrs Erigné (F)
Festival Au village, Brioux-sur-Boutonne (F)
Asnières-sur-Blour (F)
National Theater Festival, Bellac (F)
Greizer Theaterherbst, Greiz (D)
25. Herbst- und Weinfest & XX. Internationales Wandertheaterfestival, Radebeul (D)
Kurztheaterspektakel, Jena (D)
2014
Dominikanerkloster, Prenzlau (D)
Freie Waldorfschule, Werder/Havel (D)
Festival Hérisson en fête, Hérisson (F)
Reugny, Canal Val de Cher (F)
Festival du Pont du Bonhomme, Lanester (F)
Festival La Belle Rouge, Saint-Amant-Roche-Savine (F)
Sommerwerft Festival, Frankfurt (D)
Pfingstberg, Potsdam (D)
Goethepark, Wilsnack (D)
Auf der Burg, Putlitz (D)
ufaFabrik, Berlin (D)
Spreepark (Plänterwald), Berlin (D)
Kleist Festtage, Frankfurt/ Oder (D)
2013
Fabrik Potsdam, Potsdam (D)
Friedenfelde (D)
Theater am Rand, Oderaue (D)
Langerwisch (D)
Burg Lenzen (D)
Werder/Havel (D)
Multikulturelles Centrum Templin (D)

Extraits de presse

Plein de rythme, d'inventions, ça tient du cirque, de la fête foraine, du mime, des marionnettes (…) Une multitude de détails suffisent à créer une ambiance poétique (…) Interprété par d'excellents acteurs venant d'un peu partout, jouant dans un français impeccable. (…) Du théâtre total, vivant, qui enchante. (Le canard enchaîné)

La troupe reste fidèle au texte original en l’illustrant d’images terriblement justes sur le plan scénographique et savamment étudiées, à la limite du réel et de l’irréel. Un théâtre sauvage, turbulent et complet.
(Junge Welt)

Ton und Kirschen joue Jean la Chance sous forme de rondes. Une danse entraînante entre la vie et la mort, dépourvue de toute morale brechtienne, mais empreinte d’humour. Tous les comédiens jouent ici une pièce de théâtre vivante, toujours en mouvement. (Blog theater-nachtgedanken)

La pièce Jean la Chance fait bien sûr beaucoup rire, mais on ne peut pas non plus s’empêcher d’être d’abord consterné, puis de penser au personnage de Hans, qui est l’artisan de son propre malheur. Une pièce jouée très certainement comme Brecht l’aurait souhaité.
(Kiebitz)

Une grande parabole sur le fait de donner ou recevoir, d'être ou avoir – un esprit de justice, un jeu des comédiens léger, une expression frappante (...)
(Potsdamer Neueste Nachrichten, Kultur in Potsdam)

Vidéo

Vous trouvez Ici le trailer.