© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet

La légende du saint buveur de Joseph Roth

Ton und Kirschen Wandertheater (D)

Tags
Production et diffusion de spectacles vivants
Théâtre
en diffusion

Andreas est un vagabond parisien alcoolique. Un jour, il reçoit 200 francs de la part d’un gentilhomme, dont il est censé faire l’offrande à Sainte Thérèse de Lisieux, dès qu’il ira mieux. La vie finit par sourire de nouveau à Andreas. Il va pouvoir, comme promis, rendre la somme empruntée. Du moins, bientôt, juste après le prochain verre de Pernod…

Joseph Roth est né le 2 septembre 1894 à Brody, en Galicie, aux confins de l’Empire austro-hongrois (aujourd’hui en Ukraine). Sa mère était juive et il n’a jamais connu son père. Marqué par cette absence et contraint de quitter sa chère province natale, Joseph Roth s’identifia toute sa vie à un éternel déraciné, condamné à une vie d’errance. Il étudia à Vienne et écrivit d’abord des poèmes, puis des romans (entre autres : Job, roman d’un homme simple, La marche de Radetzky). Il fut aussi l’un des journalistes les mieux payés de son époque. Après l’arrivée au pouvoir des nazis, Joseph Roth, à l’instar de nombreux autres écrivains maudits, quitta l’Allemagne et s’exila à Paris. Privé de son pays d’origine, l’auteur écrivit : « La seule patrie qu’il me reste, c’est la langue allemande ».

Joseph Roth consacrait toutes ses journées à écrire, dans les cafés, jusqu’à la tombée de la nuit. Il s’adonna jusqu’à sa mort à ses deux vices favoris : l’alcool et l’écriture.

L’auteur affectionnait les gens simples et parvenait toujours à flairer de la poésie dans son quotidien.

« Tout comme Joseph Roth aimait témoigner dans ses reportages, il aimait davantage encore narrer dans ses nouvelles : c’était avant tout, dans un domaine comme dans l’autre, un grand communicateur. Ce n’est pas la poésie qu’il désapprouvait, mais les moyens d’expression considérés comme tels. Et plus les motifs de sa prose sont empreints de lyrisme – comme dans La légende du saint buveur - qui est une vraie légende, mais aussi l’une des plus belles qui aient été écrites au cours de ce siècle – plus son récit est concret et précis. » (Marcel Reich-Ranicki)

Joseph Roth écrivit La légende du saint buveur au printemps 1939. Il mourut le 27 mai de la même année. Ce fut sa dernière nouvelle, une histoire fabuleuse, une légende mélancolique et conciliante à la fois, qu’il désigna comme son testament.

Participants

Mise en scène
Margarete Biereye
David Johnston
Avec
Margarete Biereye
Francesco Bifano
Regis Gergouin
David Johnston
Rob Wyn Jones
Nelson Leon
Zina Méziat
Daisy Watkiss
Scénographie et lumières
Daisy Watkiss
Construction
Regis Gergouin
Nelson Leon
Daisy Watkiss
Diffusion
Catherine Launay
Production
Ton und Kirschen Wandertheater, Glindow 2018 (D)
Avec le soutien du
Ministère de la Science, de la Recherche et de la Culture du Land de Brandenbourg (D)
Office de la Culture du district de Potsdam – Mittelmark (D)

Représentations

2020
Lange Nacht des Theaters, T-Werk, Potsdam

Extraits de presse

„La légende du saint buveur“ : ivresse sans alcool (…) L’adaptation de Margarete Biereye et de David Johnston reste fidèle au ton mélancolique et féérique de Joseph Roth et n’a absolument rien d’un drame social moralisateur ou sermonneur. (…) Comme à leur habitude, les sept comédiens de la troupe jouent des rôles extrêmement variés. Le décor, constitué de trois panneaux pivotants nous fait voyager dans Paris d’un bistrot à un hôtel en passant par une église. (…) Comme toujours, les comédiens de Ton und Kirschen font fi des barrières de la langue et de l’âge. Berliner Zeitung, Torsten Wahl, août 2020

(…) Rob Wyn Jones incarne un Andreas saisissant, toujours sur le fil entre dépravation et dignité. RBB Kulturradio, août 2020, Regine Bruckmann

(…) Ombres et lumière, rires et pleurs, révélation et réconfort, utopie et pitrerie : La légende du saint buveur, c’est tout cela à la fois et c’est aussi comme ça qu’on aime le théâtre. Junge Welt, Katrin Lange, août 2020

Une pièce émouvante, mélancolique et magistrale à la fois.
MAZ, Lars Grote, août 2020

Vidéo

Vous trouvez Ici le trailer.